Occursus

 
  




Artistes











Agenda / Presse












Médias

Agenda










Caragula
L'arbre d'Amour
La chambre et le jardin
London Still Today
Une princesse haute en couleurs
Voyage immobile





CARAGULA | sorcellerie de « caragus » sorcier ou magicien.

Caragula, dérivé étymologique de caragus, est le nom donné à la carole, cette danse médiévale où les danseurs forment un cercle autour d’une roue. Disque tournoyant, bouclier d’or, allumé lors de l’équinoxe d’été, au lever de la lune. Cercle de lumière, symbole solaire, de recommencement, de vie.
La carole peut aussi être une formule magique souvent gravée en cercle sur une amulette. « Ma fin est mon commencement » , comme l’évoque Guillaume de Machaut.
Le cercle symbolise également le lien entre le monde et l’homme : son cycle de vie uni dans un grand-tout, selon la « Cosmographia » de B. Silvestre : La tête est identifié au ciel, la poitrine à l’air et le bas du corps à la terre. On retrouve à travers ce texte poétique du 12ème siècle, l’idée de cercle chère au moyen-âge comme symbole du fini, du complet, du parfait et de la trinité : un uni en trois.

Voici donc un tryptique : Trois unités : le ciel / l’air et la terre. Un voyage initiatique de l’homme en et en-dehors de lui-même. Cherchant à comprendre l’univers, à donner vie à des/ses croyances, ses pensées, ses intuitions. Symbolisant et transcendant l’âme humaine, grâce à des formules magiques. Danser, chanter, incanter, invoquer, évoquer et sentir, atteindre un autre état, être en communion avec un grand-tout, en soi et pour soi : commencer, recommencer.. à l’infini.

G. de machaut / R. Landini /  « cosmographie » de  B. sylvestre – « Histoire naturelle »  pline l’ancien – le cantique des oiseaux

Axelle Bernage : voix | Stephane Tamby : flûte | Nolwenn le Guern : vièle a archet | Laure Vovard : clavicytherium














L'ARBRE D'AMOUR | Spectacle | Fable en musique | 30 min | Tout public

Inspirée par la mythologie et les métamorphoses, Laure Vovard conte une fable de son invention, une histoire d’âmes et d’amour. Elle utilise sa voix et celle de son clavicythérium pour vous mener dans un imaginaire nourri du répertoire musical, poétique de l’époque médiéval et renaissance.
Tendez l’oreille, fermez les yeux et laissez votre pensée s’envoler quelques siècle en arrière ... cette époque où l’amour est un véritable don de soi !


« Comiciamento di Gioa » Estampie italienne anonyme 14ème siècle | « Douce Dame Jolie » Virelai G. de Machaut (c.1300 – 1377) | « Je vivrai liement »  G. de Machaut | « Lorsque les jours sont longs en mai » poème de Jaufré Rudel (c. 1110/1130 -  c. 1148/1770) | « J’aime sans penser »  G. de Machaut | « Rose, liz, printemps » Rondeau G. de Machaut | « Comiciamento di Gioa » Estampie italienne anonyme 14ème siècle.
Laure Vovard | Clavicytherium











LA CHAMBRE ET LE JARDIN

Un duo pour clavicytherium et voix soprane. mêlant des poèmes originaux et des chansons anglaises du 16eme siècle à nos jours (J. Dowland, T. Morley, J. Lennon..). Un huis-clos jouant sur l’intériorité et l’extériorité des sentiments et des émotions, qu'englobent les sphères de la chambre et du jardin à l'époque médiévale. Ces espaces symboliques sont prétextes à un échange de sons et de mots sur le thème de l'amour.

Lucy Page : chant | Laure Vovard : clavicytherium












LONDON STILL TODAY

Un programme intimiste, méditatif : un clavecin et une voix... Un programme reposant sur le thème de la chanson de 1600 jusqu'à nos jours... où se croisent et se mêlent pièces pour clavecin solo et airs pour une chanteuse soprano : Dowland, Purcell, Britten, The Beatles... Un programme plongeant au coeur de Londres, et ce à travers les siècles, parcourant le paysage sonore d’une cité inspirant le rêve, le mystère et l’originalité... Un programme de musique anglaise, anglophone, dont la fidèle tradition de la chanson pop actuelle est le fier héritage d'une pratique artistique ancienne, qui nous souffle encore aujourd’hui son vent tiède de liberté.
Place donc à la douceur de la voix, à la finesse de la corde pincée... « Enjoy for a while »

T. Morley / J. Dowland / W.Byrd / H. Purcell / J. Lennon / M. Harket / L.Vovard compo. et arrangement / chant / clavecin, épinette audio-numérique
Lucy Page : chant | Laure Vovard : clavecin, épinette audio-numérique













UNE PRINCESSE HAUTE EN COULEURS

Elisabeth-Charlotte née en 1652 à Heidelberg est arrachée à 19 ans de son Palatinat natale. Dans l’espoir d’une paix, son père la marie au frère de Louis XIV, Philippe d’Orléans dit « Monsieur ». En arrivant en France, elle découvre la cour et ses apparats au château de Saint Germain en Laye. Très loin du stéréotype de la courtisane, Liselotte, comme elle se fait appeler par ses intimes, aime bien plus la chasse au cerf qu’elle pratique souvent du lever au coucher en compagnie du roi Louis XIV.   

Érudite elle l’est, car elle a grandi auprès de sa tante Sophie, Duchesse de Hanovre, grande lectrice de Montaigne qui en plus de lui transmettre l’amour des lettres, lui a procuré l’affection dont elle sera définitivement privée une fois arrivée en France. Jalouse et rivale de la Maintenon , elle se plaint dans ses correspondances (plus de cinquante mille au total), des manières insupportables des courtisans et n’hésite pas, dans un esprit de provocation, à évoquer les choses crues de la vie..
Nous ne trouvons pas dans ses lettres de références à des musiciens « ordinaires de la musique du roi », mais nous pouvons penser qu’elle aura pu apprécier à son arrivée en France les sonorités chatoyantes d’un clavecin de Blanchet sous les doigts d’un François Couperin, célèbre « Surintendant en charge de la musique du roi », organiste de « la Chapelle » et claveciniste de « la Chambre ».
Alors, imaginons les clavecins résonnants dans les demeures royales, St Germain, Palais Royal, Versailles et St Cloud où Liselotte finira sa vie et traversons les couleurs sonores de Louis Couperin, François Couperin (dit le Grand) et de Jean-Baptiste Antoine Forqueray.
Ces trois générations de virtuoses, ont habité le quotidien de la vie à la cour et espérons-le, réconforté les heures plus ou moins heureuses de notre chère Princesse Palatine.

Louis Couperin (1626-1661) / François Couperin (1668-1733) /  Jean-Baptiste Antoine Forqueray (1699-1782)

Laure Vovard | Clavecin solo














LE VOYAGE IMMOBILE | Spectacle | Conte | Tout public

Duo clavicytherium - percussions cubaines et latines
Un aéroport, un avion à prendre, des rencontres improbables...
Quand les choses ne tournent pas comme prévues il faut savoir saisir le moment présent...

Voyager, ce n’est pas forcément au bout de la terre...

Abraham Mansfaroll : percussions | Laure Vovard : clavecin - clavicytherium